cimetière Lychakiv
VOUS LISEZ UN ARTICLE DE JACK HUNTER
VOUS LISEZ UN ARTICLE DE JACK HUNTER

UN VRAI SITE D'(RÉ)INFORMATIONS WEB

Le cimetière Lychakiv sky à Lviv en Ukraine | Note 4/5 | Tourisme AVIS – ADVICE – ПОРАДА – СОВЕТ

Lien sponsorisé

Si la visite de la plupart des activités touristes de Lviv en Ukraine peut se faire en quelques minutes malgré ce qui est écrit sur le papier, un lieu est pourtant à voir, et vous aurez besoin de quelques heures pour le visiter entièrement, c’est le cimetière Lychakivskiy.

Alors oui, au vu des premières lignes, on trouve l’idée un peu farfelue : Un cimetière classé en activité touristique ?

Il faut connaître l’histoire de ce lieu pour comprendre l’attraction qu’il dégage sur chaque visiteur de la ville, vous obligeant à aller arpenter ses allées. Selon les sources officielles, le cimetière de Lychakiv a été ouvert en 1786, or, les premiers tombeaux qui s’y trouvent datent de 1675 ! Selon les époques, les écritures sur les tombeaux sont en différentes langues: ukrainien, russe, polonais, grec, roumain…

Il faut savoir que le cimetière Lychakivskiy est l’une des nécropoles les plus importantes d’Europe avec plus de 300 000 monuments et cryptes en pierre, ce qui en fait un musée à ciel ouvert aussi important que celui du Père-Lachaise à Paris, premier grand cimetière d’Europe, autrefois justement devancé par celui de Lviv. Quasiment toutes sont de véritables œuvres d’art architecturales, mais aussi du coup, des éléments important du patrimoine culturel et historique de l’Ukraine. En 1991 fut attribué au cimetière le statut de la place historique et commémorative.

Le cimetière Lychakiv a été fondé à la fin du XVIII siècle après l’interdiction faite par les autorités autrichiennes d’enterrer les morts sur le territoire des églises. A ce moment-là, les habitants de Lviv étaient enterrés près des églises, dans le centre-ville, mais cela menaçait les riverains qui craignaient l’apparition de la peste et d’autres maladies dangereuses. C’est pourquoi en 1784 l’empereur autrichien József ordonna de déplacer toutes les nécropoles du centre sur les périphéries de Lviv.

Au total quatre cimetières furent créés hors de la ville, et jusqu’à ce jour, seul le cimetière Lychakiv fut préservé en lieu et place de sa construction initiale, grâce à son statut élitaire.

Oui, car on enterrait à l’époque de sa fondation seulement les riches citadins, mais aussi les hommes connus de la culture et la science, les politiciens, les militaires, et les représentants du clergé. Pour la création de leurs sépultures, on a pour la grande majorité embauché les sculpteurs et les architectes de renom, qui ont transformé, avec le temps, le cimetière Lychakiv en vrai musée.

Chaque tombeau, chaque crypte sur son territoire a une valeur artistique spéciale. Après la Seconde Guerre mondiale, l’extérieur de la nécropole a été un peu délaissé durant la guerre avec les soviétiques, quand on a commencé à enterrer tout le monde sans distinction. A la suite de cela, sur le territoire du cimetière, il y avait des tombes simples, non identifiables, avec de simples épitaphes disposées dessus. La ville a été annexée par l’Union soviétique et la majorité des habitants de la ville qui étaient encore en vie avant la guerre a été expulsée vers les anciennes régions allemandes attribuées à la Pologne après la Conférence de Yalta. A partir de là a commencé une période de dévastation des monuments historiques situés au cimetière. Jusqu’en 1971, de nombreuses sculptures ont été détruites, et vous remarquerez beaucoup de visages photos accolés sur les tombes et tombeaux, brisées. Cependant, en 1975, la nécropole a été déclarée monument historique et la dégradation a alors pris fin. Depuis la fin des années 1980, le cimetière a été constamment reconstruit et réaménagé.

La popularité particulière de la nécropole de Lychakiv est devenue si énorme qu’il a fallu l’élargir plusieurs fois pour atteindre la superficie actuelle de 42 hectares, comprenant 86 champs.

Au XIXème siècle, le célèbre jardinier Charles Bauer y a dessiné les allées et les sentiers, ayant donné à la nécropole Lychakivskiy l’apparence et le caractère de la zone actuelle du parc. Depuis cette métamorphose, il est devenu plus confortable de prendre connaissance de la richesse architecturale et sculpturale du cimetière Lychakiv.

De mon avis personnel, c’est l’activité que j’ai préféré. La beauté du lieu et son côté solennel vous plongeront dans un sentiment à la fois d’apaisement, de repos, mais aussi de tristesse au vu de toutes ses âmes qui, autrefois, vivaient leur propre histoire.

On regrettera par contre l’entretien insuffisant de certaines zones du cimetière, laissant disparaître sous les hautes herbes et la végétation la plupart des tombes, mais cela a aussi son charme, lui donnant un aspect « Cimetière fantôme ». De même le manque de personnel pour maintenir le calme et respect qu’impose un tel lieu.

Effectivement, lors de la visite, je fus choqué par un groupe de 15 polonais, hommes et femmes la trentaine passée, qui visitaient avec leur guide touristique le cimetière. Choqué, non pas de leur nombre ou de leur nationalité, mais à cause du fait qu’ils étaient presque tous alcoolisés au whisky-coca que certains tenaient encore à la main dans leurs bouteilles. Il braillaient, criaient, riaient, parlaient fort, couraient, et le guide était lui-même totalement ivre et se jetait avec humour sur les tombes, les touchant pour expliquer leur histoire. Il n’y avait aucun respect, ils étaient là tels à brayer, rigoler, gesticuler entre les allées, on pouvait aisément les entendre à 50 mètres, c’est d’ailleurs ce vacarme qui attira mon attention. Je me suis placé un peu à l’écart du groupe pendant que le guide expliquait quelque chose, montrant ma colère, mais ils étaient tellement alcoolisés qu’ils n’ont rien vus et continuèrent leur route. J’attendais qu’ils me demandent s’il y avait un problème pour « leur apprendre la vie » et le respect d’un tel lieu.

Dans un pays où si on est étranger et cause un problème, c’est le policier qui vous fait interdire d’Ukraine à vie, j’ai suivi les conseils de ma compagne et je me suis tu, imaginez une bagarre générale dans un cimetière, avec quelques regrets par la suite. Etant donné leur état d’ébriété, il m’aurait été impossible de leur faire comprendre quoi que ce soit. Je regrettai juste que les autochtones n’aient pas trouvé le courage de leur inculquer le respect, et qu’ils se soient contenté de les observer.

Mis à part cette mauvaise rencontre, la visite fut des plus plaisantes. Bien sûr, c’est un cimetière, ne vous attendez donc pas à trouver des pancartes en anglais ou en russe vous expliquant l’histoire du lieu, mais vous pourrez, si cette page ne vous suffit pas, engager un guide en anglais. Vous pourrez ainsi en apprendre plus sur la vie intéressante de la plupart des personnes enterrées dans ce lieu. Il vous sera même possible de le visiter de nuit ! Comptez 2 heures pour une belle promenade, mais vous pourrez aisément vous y perdre quelques 5 heures, suivez le plan pour ne pas vous perdre. Toutes les parcelles sont numérotées afin de pouvoir se situer.

Excellente visite !

Jack Hunter

Ma galerie photos personnelles pour se faire une idée du lieu, en Août.

Réutilisation autorisée si citation.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email

PARTAGER CETTE ARTICLE

Lien sponsorisé

Laisser un commentaire